L’écriture, transformatrice du réel : les jeunes, espoirs de l’écologie

…répartis entre les 32 élèves dans la classe en équipe de 2 ou 3 selon les thèmes et l’intérêt de chacun

Nos ateliers d’écriture en milieu scolaire

Douze ans que Terre & Lettres existe. Mais l’urgence, en ce qui concerne la biodiversité et la santé de la planète sur laquelle nous vivons, ne cesse de se faire plus pressante. Certes, les fidèles de Terre & Lettres sont convaincus. C’est avec espoir que nous avons constaté, en 2020, un rajeunissement notable du public présent au Festival. Mais l’avenir, plus que jamais, se joue dès à présent. Et ceux qu’il faut désormais sensibiliser sont les générations qui habiteront la Terre après nous. C’est pourquoi, cette année, Terre & Lettres a décidé de prolonger les ateliers d’écriture initiés en 2020, par un grand jeu d’écriture ouvert à tous et des ateliers en milieu scolaire sur le territoire. Zoom sur cette initiative d’utilité publique, soutenue par l’agglomération de La Rochelle,  la DRAC Nouvelle-Aquitaine, La ville de La Rochelle et le département de Charente-maritime.

5 établissements, 5 ateliers d’écriture

Depuis mars, 5 établissements de La Rochelle (le Lycée Fénelon, le Lycée Vieljeux, le Collège Fabre d’Eglantine, l’École Lavoisier) et du département (le Lycée de Bourcefranc) ont ainsi mis en place des ateliers d’écriture sur le thème de la 12e édition de notre Festival : “Habiter la Terre”.

Au total, plus de 110 élèves, du CM1 à la 1ère, participent à ces ateliers d’une douzaine d’heures – soit 4 à 5 demi-journées par classe. Quatre auteur·ice·s professionnel·le·s, rompu·e·s à l’exercice : Anouk Bloch-Henry, Christine Dumont-Léger, Quitterie Simon et Thibault Lambert (bande dessinée), les animent avec bienveillance et pédagogie.

L’objectif ? Amener ces enfants et adolescents, parfois éloignés du sujet, à imaginer (et s’interroger sur) ce que sera, dans une vingtaine d’années, le lieu où ils vivent.

Créer des histoires pour s’emparer des problématiques écologiques

En passant par le prisme de l’expérience artistique collective et immersive, les jeunes découvrent de façon concrète et sensible les enjeux écologiques.

À l’école Lavoisier de Villeneuve-les-Salines, les élèves de CM1 ont chacun construit manuellement leur habitat en utilisant des matériaux récoltés autour de La Rochelle. Sable, argile, bois, écorces d’arbres glanés en bord de mer ou dans les marais environnants… Dans chaque maison, ils ont banni le plastique et les conditionnements inutiles. Et dans ce village, chacun a imaginé son futur et sa façon de participer au “Grand Troc”. L’un a décidé de faire pousser du blé, un autre se projette boulanger, un autre encore propose de construire un puits pour fournir la collectivité en eau… Les enfants ont appris à identifier tout ce qui ne peut être recyclé et le constat est sans appel :

“Y en a trop et  faut trouver une solution !”

Hassim, un élève

Nul doute qu’ils en trouveront une d’ici la fin des ateliers d’écriture !

Au collège Fabre d’Églantine, les professeurs de français et d’arts plastiques se sont associés autour du projet pour que les élèves produisent une histoire en bande dessinée. Chacun s’est emparé d’une partie du sujet : agriculture, mer, mobilité… Les collégiens vont commencer la mise en image de leur scénario construit au fil des séances.

Au Lycée de la Mer et du Littoral à Marennes, où les jeunes suivent un cursus sportif en surf, la mer est bien évidemment au centre des préoccupations. Par groupes de 2 ou 3, ils imaginent une journée d’un personnage, qui les représente, dans 20 ans.

Le lycée Fénelon a quant à lui bien avancé. Les lycéens eux-mêmes ont demandé une pause jusqu’au 5 Mai pour la dernière séance pour pouvoir travailler seul, puis ensemble, et finaliser leur écrit.

Une restitution des œuvres en juin 

Le troisième confinement a quelque peu bousculé l’organisation et l’achèvement de ces ateliers, notamment au Lycée Vieljeux qui n’a pu organiser qu’une session. Mais tous devraient être terminés fin mai. Pour l’équipe bénévole et membre de l’association qui pilote le projet :

“L’intérêt est là, la participation est active, on sent qu’il y a une réelle envie et une réflexion”.

L’écriture pour transformer le réel ?

Une restitution – dont le mode est encore à l’étude – des textes et œuvres produits en présence des élèves et de leurs familles, des professeurs et des animateurs aura lieu le samedi 12 juin après-midi, de 14h30 à 17h30, au Musée Maritime de La Rochelle

Par ailleurs, Terre & Lettres publiera ces productions sur ce site. Elles seront également éditées dans le recueil de nouvelles du grand jeu d’écriture et probablement exposées lors du Festival.

Nous aurons l’occasion de vous en reparler !

Avec le soutien de :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.